Les problèmes potentiels liés à une assurance-vie lors d’un divorce

Le divorce peut provoquer des situations dévastatrices. Même un divorce à l’amiable peut causer des difficultés financières si l’on considère le coût des deux ménages individuels. Bien qu’il y ait des changements pendant et après un divorce, l’assurance-vie a tendance à être une pensée après coup. Néanmoins, les problèmes d’assurance-vie suivants sont les plus courants pendant et après un divorce.

Les modifications apportées aux polices

Le propriétaire de la police peut apporter des modifications à celle-ci, sans en avertir le bénéficiaire. Un titulaire de police peut également cesser de payer les primes ou laisser la police tomber en déchéance. Cela pourrait mettre fin à la police, laissant l’autre ex-conjoint avec un net soutien financier en place. Pourtant, il existe des moyens d’éviter ces problèmes. L’une des possibilités est que le conjoint, qui reçoit la pension alimentaire, soit propriétaire de la police d’assurance-vie. Cela donne un contrôle total sur les paiements et la désignation des bénéficiaires. Une autre option consiste à faire autoriser le compte par un tiers afin d’obtenir des informations si des modifications sont apportées.

La réaffectation de la pension alimentaire

Les circonstances financières peuvent changer pour les deux parties après un divorce. Vous pourrez avoir besoin d’une réaffectation de la pension alimentaire si le travailleur perd son emploi. Lorsqu’il y a un nouveau calcul de la pension alimentaire, il doit y avoir une nouvelle répartition des obligations en matière d’assurance-vie. Comme les circonstances changent souvent après un divorce, la famille peut retourner devant le tribunal. Cependant, vous devez recourir à une étude d’avocats pour votre divorce. Cela lui permet de réattribuer la pension alimentaire et les obligations en matière d’assurance-vie. Toutefois, dans la mesure du possible, il est plus rentable et recommandé de traiter ces questions à l’extérieur du tribunal.

Les obligations en matière d’assurance

Les besoins en matière d’assurance-vie peuvent également changer avec le temps. Par exemple, le payeur peut devoir verser une pension alimentaire de 100 000 € sur 10 ans. Cependant, il peut n’avoir besoin que d’une police d’assurance-vie relative. D’ailleurs, le payeur peut avoir déjà versé 50 000 € au cours des premières années de pension alimentaire. Par conséquent, il n’a plus besoin d’une police d’assurance-vie de 100 000 € pour couvrir la compensation. Une convention de divorce permet au payeur de réduire l’assurance au fur et à mesure que la pension alimentaire est versée. Le payeur peut réduire la couverture ou ajouter un nouveau bénéficiaire qui recevra 50 % du capital-décès de l’assurance-vie.

Les meilleurs types d’assurance-vie après un divorce

Le type d’assurance idéal dépend de ce que vous possédez déjà. En général, comme les liquidités sont rares, l’assurance-vie temporaire est une bonne solution pour de nombreuses situations financières différentes. Les divorces sont complexes sur le plan financier et émotionnel. Vos besoins en assurance-vie dépendent de votre situation financière et de ce que vous et votre ex pouvez vous permettre. Vous devez prendre le temps d’évaluer toutes vos options et vos plans financiers à plus long terme. Cela vous aide à déterminer la meilleure façon de couvrir vos biens après votre séparation.