Comment bien choisir un notaire ?

Un notaire est un officier public qui a comme fonction principale d’authentifier toute sorte d’actes par sa signature. Vous pouvez donc solliciter ses services dans différentes situations puisque son champ d’intervention est vaste. En cas de besoin, les gens tendent à choisir un notaire au hasard, ce qui est une grande erreur. Découvrez comment bien choisir un notaire.

Un notaire disponible et compétent

La plupart du temps, les gens recommandent des notaires connus et très sollicités, il s’agit souvent de notaires compétents. Toutefois, vous pourrez avoir des problèmes étant donné que ce genre de notaire est souvent occupé avec différentes affaires en cours. Optez donc pour un notaire disponible, un qui pourra consacrer son temps pour traiter votre affaire. Par ailleurs, pour bien choisir un notaire, il faut se concentrer sur son domaine de compétence selon la nature de votre problème à régler. Tous les notaires peuvent généralement agir dans tous les domaines. Cependant, la plupart des notaires ont un domaine de prédilection, par exemple l’immobilier, les successions ou la famille. La meilleure chose à faire est donc de choisir un notaire qui s’est spécialisé dans le domaine pour lequel vous le solliciter. Il pourra ainsi vous fournir des informations plus claires et vous pourrez être sûr de son efficace.

Un notaire qui favorise la transparence

Comme pour toutes les autres entreprises, la transparence est très importante dans les affaires juridiques. Choisissez donc pour traiter votre affaire un notaire qui témoigne de la transparence. Vous ne pouvez pas trouver mieux qu’un notaire loyal envers ses clients, un qui accorde plus de considération à son travail plutôt qu’à l’argent. Il gardera donc vos informations personnelles pour lui. Optez également pour un notaire capable de refuser de se charger d’une affaire parce qu’il ne se considère pas comme étant assez compétent ou parce qu’il n’a pas assez de temps. Choisissez, un notaire qui peut vous annoncer sans détour le prix de ses services sans avoir besoin d’attendre la signature de l’acte authentique.

Voici les affaires où le recours à un notaire s’avère être obligatoire :

  • La vente ou l’achat de bien immobilier
  • Un mariage
  • Une succession.

Un notaire patient et pédagogue

Il est aussi très important de choisir un notaire pédagogue et à l’écoute. C’est le seul moyen pour vous de pouvoir vous confier sans hésitation. Le langage juridique est effectivement compliqué. Ainsi, vous avez besoin d’une personne capable d’expliquer tous les termes juridiques de façon très claire. Vous devez également choisir un notaire patient et à l’écoute, un qui pourra vous comprendre, qu’importe les problèmes auxquels vous devrez faire face. Choisissez un notaire qui peut percevoir et comprendre votre impatience et votre anxiété. Il trouvera plus facilement les mots et les moyens de vous aider à surmonter vos problèmes.

Le calcul des frais de notaire doit-il entrer en ligne de compte ?

Vous pourriez fort logiquement vous dire que, comme n’importe quel produit, vous pourriez comparer un notaire en fonction des prix qu’il pratique. Hélas, il n’en est rien, puisqu’il s’agit d’une profession à tarifs réglementés. Ce n’est pas pour autant qu’il faut négliger cette donnée. Nous vous proposons donc de mieux comprendre ces montants. Le prix se divise en deux grandes parties : les émoluments et les frais de débours. Évacuons les frais de débours, puisqu’ils sont difficilement calculables. En effet, il s’agit de rembourser les frais que va avoir le notaire, s’il doit se déplacer par exemple, ou faire appel à un autre professionnel pour lever un doute sur le bien vendu. Voyons maintenant les émoluments. Un prix forfaitaire de 500 euros vous sera obligatoirement réclamé, au moment d’une vente. Il faudra ensuite découper le prix de vente, en 4 tranches.

  • Entre 0 à 6500 euros, le montant devra être multiplié par 3,945%
  • Entre 6500 et 17 000 euros, il faudra multiplier par 1,627%
  • Entre 17 000 et 60 000, c’est x 1,085%
  • Au-dessus de 60 000 euros, il faudra multiplier par 0,814 %

Pour un logement de 150 000 euros, vous devrez donc payer 1626,41 €.

Written By
More from James Kirin

Comment les cabinets d’avocats gèrent-ils actuellement l’impact du COVID-19 ?

Des personnes ont vu leur vie bouleversée par le COVID-19. Les cabinets...
Read More